Peche Dz

Les Céphalopodes

La classe des Céphalopodes (du grec Képhalê = tête, et du pluriel podes = pieds, c’est-à-dire pieds à la tête) contient les animaux les mieux organisés de l’embranchement des Mollusques. Ils sont caractérisés par une tête bien distincte, pourvue de deux grands yeux d’une structure très analogue à celle des yeux des vertébrés et couronnée, à l’entour de la bouche, de huit ou dix prolongements mous, très mobiles, nommés pieds ou tentacules.

Ces tentacules sont garnis de suçoirs nombreux à l’aide desquels l’animal saisit les objets et s’attache à eux pour se mouvoir. A la suite de la tête vient un corps ramassé en forme de sac, tantôt presque sphérique, tantôt plus ou moins allongé qui renferme tous les viscères. Ce sont tous des animaux marins, et, par conséquent, ils respirent par des branchies. Quelques-uns ont des coquilles très apparentes; d’autres n’en ont que des rudiments invisibles. On mentionnera la Seiche officinale (Saepia officinalis, Cuv.), très commune, et dont la coquille, que l’animal porte cachée sous la peau du dos, est connue dans le commerce sous le nom de biscuit de mer. On trouve encore sur les plage quelques espèces de Poulpes (Octopus, Lamk.) désignés par les pêcheurs de la Manche sous le nom de Sarpouilles, plusieurs espèces de Calmars ou Encornets des pêcheurs (Loligo, Lamk.).

Toutes ces espèces ont près de l’anus une poche où s’accumule un liquide noir connu sous le nom d’encre de seiche ou sépia. C’est dans la classe des Céphalopodes qu’on trouve les plus grands mollusques connus.

Leur Classification 

La classe des Céphalopodes avait d’abord été divisée par Cuvier en cinq groupes principaux, sous-divisés en un grand nombre de genres; ces groupes sont : les Seiches, les Nautiles, les Bélemnites, les Ammonites, vulgairement Cornes d’Ammon, les Camérines ou Nummulites. Mais la classification actuelle suit plutôt les principes posés par Milne-Edwards, qui divisait les Céphalopodes en deux « familles », deux sous-classes : 

1° Les Céphalopodes dibranchiaux, dans lesquels on reconnaît aujourd’hui trois ordres

Les Décapodes (Sépioïdes : seiches; Teuthoïdes : calmars), 

Les Octopodes (poulpe ou pieuvre).

Les Vampyromorphes : vampyrotheutis.

2° Les Céphalopodes tétra-branchiaux, dans lesquels on trouve les Nautiles et les Ammonites (ces derniers tous fossiles). 

Les Céphalopodes Dibranchiaux

Le nom de cette division puise son origine dans l’ordre des Dibranchiata proposé par Owen en 1838); On trouve aussi pour désigner cette classe les appellations de Cryptodibranchiata (Blainville, 1844), Anosteophora et Sepiaphora (Gray, 1821), ou encore d’Acétabulifères (d’Orbigny, 1834).

Lui correspondaient également les termes de Septacea et de Sepiolea employés par Lamarck en 1809 et en 1812. Il s’agit d’une classe dont les caractères pour ses représentants sont un corps en forme de sac ouvert en avant, plus ou moins volumineux, de forme variable, avec ou sans nageoires; deux branchies seulement symétriques, placées à droite et à gauche dans la cavité respiratoire, laquelle occupe la face inférieure ou ventrale de l’animal ; un tube locomoteur entier et une poche à encre.

Tous les animaux de cette classe sont bons nageurs. La circulation du sang se trouve activée par des coeurs branchiaux. Le système nerveux est très concentré; les bras sont garnis de ventouses, parfois charnues, parfois enveloppées par des cercles cornés à bord lisse, denticulé, ou présentant la figure d’une griffe.

La ventouse a la forme d’une cupule; elle est attachée au bras par des fibres musculaires; à son intérieur existe un disque percé au centre, muni de plis rayonnés; le disque sert de limite à une fossette dans laquelle se trouve un tubercule pouvant s’avancer jusqu’à l’ouverture du disque et servant à produire le vide.

Les mandibules du bec sont cornées, une coquille toujours interne; un seul groupe fait exception, les Argonautes. Lorsque la coquille est pourvue de loges aériennes, la loge initiale est globuleuse, simple et munie d’un petit caecum siphonal calcaire.

Les Dibranchiaux, on l’a dit, sont divisés en trois ordres :

1 Les Octopodes, à corps bursiforme, arrondi en ovoïde, portant huit bras garnis de ventouses. Ils sont dépourvus de coquille interne; les yeux, relativement petits, sont munis de paupières pouvant se fermer; le manteau est uni à la tête et l’entonnoir est dépourvu de valvules.

2 Les Décapodes, à corps oblong; quatre paires de bras sessiles et une paire de bras tentaculaires, allongés, terminés par une partie renflée nommée massue; ventouses pédonculées, armées d’un cercle corné ou de griffes; bouche entourée d’une membrane parfois lobée et portant des ventouses; bec corné; une paire de nageoires latéro-dorsales ou latérales; glande nidimentaire développée; un des bras sessiles ou deux modifiés pour l’accouplement; une coquille interne cachée au milieu de la région dorsale. Cette coquille, lorsqu’elle est cornée, complètement homogène, porte le nom de Gladius ou de Plume; si elle est constituée par une plaque poreuse, calcaire, elle prend le nom de Sepion; dans d’autres cas, la coquille est complète, constituée par des loges aériennes et pourvue d’un siphon. 

3 Les Vampyromorphes Actuellement il n’existe qu’une seule espèce (Vampyroteuthis), qui vit dans les profondeurs,Certaines classifications n’en font pas un groupe distinct de celui des Octopodes.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *